Tageblatt Zeitung fur Letzebuerg

25 08 2005

LUSSEMBURGO (LUX)

 

clicca sull'immagine per accedere all'articolo in versione pdf

click on the picture to access the article in pdf mode

 

 

 

«Voix et route romane», un festival qui ressuscite l'époque médiévale

 

Onze concerts à dominante italienne seront à l'affiche, à partir de vendredi, de la 13e édition de “Voix et route romane”, un festival original visant à ressusciter la musique médiévale dans les plus beaux édifices romans alsaciens.

“L'originalité tient au fait qu'il s'agit d'un itinéraire et que nous animons chaque année une dizaine de lieux sur la vingtaine de sites que compte la route romane d'Alsace” explique Danièle Walter, la directrice du festival qui s'est imposé au fil des années en accueillant des artistes du monde entier spécialisés dans la musique médiévale.

Intitulée “Echos... d'Italie et d'ailleurs”, l'édition 2005 présente des oeuvres italiennes allant du 12e siècle à la Renaissance, mais également des sonorités nouvelles nées de la rencontre avec d'autres cultures ou traditions, en s'inspirant notamment du livre des Merveilles de Marco Polo. “L'idée est de mettre en résonance l'histoire, la musique et le patrimoine”, souligne Mme Walter.

Pour ouvrir le festival, elle a choisi la formation sicilienne Al Qantarah (qui signifie “pont” en arabe), symbolique selon elle des liens entre la musique médiévale sicilienne et ses influences arabes, byzantines, normandes et provençales, qui donnera un concert à l'Eglise Saint-Pierre-le-Jeune à Strasbourg.

L'ensemble médiéval italien Calixtinus, à la vocalité très moyen-orientale, se produira dimanche dans “Castel del Monte” avec le jazzman Michel Godard qui jouera du serpent, un instrument associé au chant grégorien, à l'Eglise Saints Pierre-et-Paul d'Ottmarsheim (Haut-Rhin), avant de donner des concerts de musique liturgique les 3 et 4 septembre respectivement à l'Eglise Saints Pierre-et-Paul de Rosheim (Bas-Rhin) puis à l'Eglise du Mont Sainte-Odile.

à travers la musique de son temps

Proposé par l'ensemble Parade Sauvage, le concert “Il viaggio di Marco Polo” s'efforcera de redéfinir les fondamentaux de la culture indo-européenne dans la grande Europe médiévale le 2 septembre à Sélestat (Bas-Rhin), tandis que l'ensemble Lucidarium fera découvrir Dante à travers la musique de son temps le 10 septembre dans le narthex de l'ancienne abbaye de Marbach (Haut-Rhin).

Le festival s'achèvera par des polyphonies corses qui transporteront le spectateur à la confluence de l'aire italique grâce aux ensembles Madrigalesca et A Cumpagnia, les 16 et 18 septembre, respectivement à Guebwiller (Haut-Rhin) et Marmoutier (Bas-Rhin).

Au delà des concerts, le public sera invité à des rencontres-débats portant notamment sur le château de Castel del Monte, chef d'oeuvre de l'architecture militaire médiévale construit par Frederic II dans les Pouilles ou sur le voyage de Marco Polo en Chine. Le 3 septembre, une “balade nocturne” sera l'occasion de rencontrer un musicologue, un géobiologue et des astrophysiciens.

Après des débuts modestes - quelques centaines de spectateurs en 1993 -, le festival, soutenu par les collectivités locales, fait désormais le plein en accueillant 2.500 à 3.000 personnes chaque année dans une dizaine de petits joyaux de l'art médiéval, dont au moins un ou deux “nouveaux” sont redécouverts chaque année.

Cette année, il s'agira notamment de l'abbatiale de Feldbach (Haut-Rhin), une “petite merveille” située dans le sud de l'Alsace, non loin de Bâle où se déroulera dimanche un deuxième concert d'Al Qantarah.